Rechercher
  • Diane Seyrig

Transmutation

La semaine dernière, j’ai transmuté.

À deux pieds, et avec tout mon corps, j’ai plongé.

Dans une autre dimension de mon Être profond.

Les pensées se bousculent et, lorsque c’est le cas, je redescends (progressivement mais de plus en plus sûrement) dans la concrétude de l’instant en me raccrochant à la réalité de ce qui s’est produit.


J’ai intégré lundi un Cercle de femmes. Pour partir à la reconquête de ce féminin dit sacré qui n’a rien de perché, encore moins de futile, contrairement à ce que certains pourraient en penser. Il s’agit de recontacter, ensemble et avec une guidance particulière, ce qu’il y a de plus vivant en soi, à l’intérieur de nous, pour le restaurer, le réhydrater, lui redonner sa substance, sa texture, sa couleur et sa nature d’origine afin de pouvoir le réinsuffler dans notre corps physique pour le vivre pleinement, à chaque instant de notre vie de femme en devenir. Et c’est en conscience que je dis « en devenir » car, pour la plupart d’entre nous, c’est un combat que nous menons, avec plus ou moins de ferveur et d'engagement, depuis longtemps, quels que soient sa forme et son mouvement. Et il n’est pas ici question de droits fondamentaux ni d’égalité de chances ou de traitement, il s’agit d’être VIVANT ! D’éprouver, de ressentir, de partager et d’injecter cette vivance dans les moindres recoins de notre existence. VIBRANCE ! De notre hôte d'os et de chair jusque dans ses parties les plus infimes, les plus intimes, à notre corps énergétique, afin que la vibrance devienne RADIANCE.


RADIANTE VIBRANCE, VIVANCE IRRADIANTE.


Mardi, je me suis rendue à une « table ronde » pour échanger sur le sujet de la MORT et de l'Être Humain. De la mort, et de son merveilleux mystère. Oui, vous m’avez entendue, j’ai bien dit MERVEILLEUX ! De l’importance de la réhabiliter dans notre vie et lui rendre sa juste place parce que, qu’on le veuille ou non, elle est sur tous les fronts et fait partie intégrante des fondations sur lesquelles nous nous rebâtissons et grandissons en permanence, pour mieux renaître à nous-même. Mystique et métaphysique, la mort est cathartique ! Et je repense à ce beau texte d’une auteure espagnole que je vous ai partagé il y a quelques temps, et qui disait entre autre ceci : 

« Se séparer et mourir. Laisser partir ce qui a été. Les mensonges. Tout ce que nous connaissons. La demi-femme. La femme-malade. Celle qui aime à moitié et qui vit à moitié. Celle qui donne à moitié. Celle qui est à moitié là. Toi, demi-femme, je te laisse mourir. Pour mieux te faire renaître, revivre, et te donner ta véritable place dans le monde. Celle qui t’appartient par Nature… »

Renaître à son POTENTIEL AUTHENTIQUE.


Ce qui m’amène à jeudi, et à l’incroyable voyage qu’il m’a été donné de faire avec une amie chère un peu sorcière, au cœur de mon âme et de ma contribution. D’aussi loin que je me souvienne, et ma famille avec moi, j’ai toujours cherché à comprendre le SENS de notre existence, et celui de ma présence dans le monde. Enfant, j’avais toutes sortes de conversations avec une (ou plusieurs !) entité(s), que j’appelais Dieu par culture et par éducation, mais dont j’avais la forte sensation qu’il n’existait aucune délimitation géographique ni représentation physique à son aspect, son nom ou sa présence. Une entité en expansion continue, qui habite chaque cellule porteuse de vie. Et je ne cessais de lui demander POURQUOI.

Pourquoi je suis là ? 


Je sentais bien qu’il y avait quelque chose que je ne vivais pas encore mais qui, rétrospectivement en y repensant, se manifestait déjà naturellement. Quelque chose que j’ai incarné ponctuellement depuis, par impulsions ou fulgurances éphémères, dans ma vie personnelle ou professionnelle, avec peut-être plus de conscience et d'intensité, de densité, ces dernières années, tout en sachant que l’étendue de sa puissance m’échappait encore.

Cela ne vous est-il jamais arrivé ? De sentir, de ressentir au fond de vous, cet élan de vie brûlant, qu’on appelle petit doigt, sixième sens ou voix, et qui semble vous dire : « Va ! Vis et Deviens qui tu as à être, car ce n’est pas ce que tu crois, ni ce que tu vis là, ni non plus ce que tu vois juste devant toi, c’est bien plus grand que ça ! »

Et par plus grand, je n’entends pas plus performant, mais autrement, différent, plus épanouissant, plus remplissant, plus contribuant…


Tout comme le mode potentiel de la conjugaison, celui que nous avons en nous est une essence en puissance à digressions multiples, et en attente de développement. Ce qui signifie qu’au moment où on l’identifie, il est à la croisée de tous les possibles, et de possibles non-exclusifs. Autrement dit, la connaissance et la prise de conscience de notre Potentiel Authentique nous ouvre les portes d’un univers infini que nous sommes enfin à même d’habiter de notre identité intrinsèque, celle qui ne souffre aucune objection, ni même celle que l’on émet pour soi-même. Parce qu’il n’y a plus personne d’autre à être ni à incarner que la manifestation pleine et entière de notre substantifique moelle ainsi révélée…

Car je le dis, c’est une RÉVÉLATION, une nouvelle naissance, un palier de plus franchi dans l’éveil de la Conscience. Un autre pas vers cette quête de SENS, qui m’apparaît plus indispensable aujourd’hui que jamais.


Et pour engrammer tout ça, pour l’intégrer pleinement et en faire un nouveau mode de fonctionnement, je m’initie à l’art (très compliqué pour moi) de la ritualisation. Rien de tribal là-dedans, bien que cette déclinaison me plaise aussi énormément, mais tout simplement le fait d’adopter des gestes « contrariants », en ce qu’ils s’opposent aux habitudes qui ne servent pas ou plus l’accomplissement de ma mission, celle que je me suis donnée, et à travers l’exécution de laquelle mon Potentiel Authentique prend toute sa dimension :

"Celle de voyager à travers le sensible pour m’imprégner de toutes ses textures, ses couleurs et son intensité, et ouvrir les Corps et les Cœurs en y déposant des mots d’Amour et de Beauté, qui disent au monde la valeur des choses et leur rendent justice..."

Connaissez-vous votre Potentiel Authentique ? Si la réponse est non, demandez-moi la solution.


Et il est encore temps de vous inscrire à l'atelier de demain soir directement ici, ou via le groupe Facebook qui vous donnera des détails de forme et de fond sur le déroulé de la soirée.

Je vous souhaite une semaine pleine de curiosité, et vous dis à vendredi.✨

Diane


Et cette ressource pour vous :


Où sont les femmes chamanes ?

Extrait de Métamorphoses, le podcast d'Anne Ghesquière, qui (r)éveille les consciences...

Audrey Fella, historienne, auteure et journaliste, partage ici, avec beaucoup de douceur et d'humilité, sa vision, sa connaissance et son expérience du chamanisme féminin. Depuis ses origines jusqu'à ses manifestations contemporaines, elle nous fait voyager au coeur du vivant en nous rappelant les fondements de cette pratique, son sens profond et la façon dont il résonne pour nous aujourd'hui, son enseignement. Un sens qui, sans du tout nous donner l'illusion qu'en chacune de nous vit une chamane, vient nous frapper comme une évidence et nous invite à ne pas prendre à la légère notre besoin criant d'Amour et d'Authenticité.

"Femmes Chamanes, rencontres initiatiques", est son dernier ouvrage.

5 vues
  • Noir Icône Instagram
  • Noir LinkedIn Icône
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

© 2020 Diane Seyrig, Auteur de Sens created by Wix.com