Rechercher

À propos de la sororité

Chers amis lecteurs, Aujourd'hui je mets à jour mes articles, car je me suis aperçue que je ne les avais pas postés ici depuis.... un long moment.



Ceci est une lettre d'entretien, celui du lien, le nôtre et le mien. Je n'ai pas encore trouvé ma vitesse de croisière, celle qui me permettra, bientôt je l'espère, d'écrire à nouveau de façon régulière, et de trouver la juste mesure entre mon rythme naturel, propre à mon mouvement interne, et celui de l'extérieur auquel je suis de plus en plus confrontée, ce qui est une bonne chose en soi. Tout est une question d'ajustement, de trouver l'élasticité qui nous convient, cette équation subtile qui mène au point d'équilibre entre nos besoins et ceux de monde, à partir du moment où on à l'ambition consciente d'être au service des deux. Sortir de la fusion pour entrer en dissociation collaborative, ou en collaboration dissociative, et voyager entre les mondes sans jamais se perdre, ni perdre de vue celui que l'on rêve de construire pour soi-même. Mettre (enfin) à l'extérieur ce qui est à l'intérieur, tout en sachant maintenir un niveau de fréquence suffisamment élevé pour ne pas se laisser aspirer par des réalités qui ne nous conviennent pas où ne nous servent plus. Car, voyez-vous, accoucher de quelque chose à partir de soi n'est pas une mince affaire ! Et il est parfois plus confortable de rester dans sa grotte, pour ne pas avoir à affronter les démons qui ont tendance à refaire surface par temps d'orage, lorsque notre météo intérieure vacille et nous fait baisser la garde... GRANDIR Il y a quelques mois, une femme très sage qui vit très loin m'a confié cette idée aussi simple que puissante : "Diane, si tu veux faire de grandes choses dans le monde, tu dois commencer par te SENTIR grande ; tes actions auront la taille et l'impact de la façon dont tu te perçois, dont tu te vois..." Ah. Alors j'ai réfléchi, et je me suis dit qu'en effet, il était plus que temps. Parce que, contrairement à l'idée reçue, rester un enfant n'est pas une question d'âge. Et on ne devient pas non plus grand le jour où l'on a soi-même des enfants. Devenir grand c'est transcender son passé pour changer de regard, et mettre de côté, changer d'histoire, celle dans laquelle notre enfant intérieur s'est construit jusqu'à lui donner l'illusion qu'il n'en avait pas d'autre ! LA CONTROVERSE DE L'INDIVIDUATION L'un des obstacles majeurs à notre déploiement authentique est, je le crois, en partie lié à notre culture profondément individuelle -et cérébrale- qui nous permet, d'un côté, d'explorer et valoriser notre intériorité et renforcer notre identité singulière, mais qui, de l'autre, rend notre développement personnel difficile, par le fait que nous nous sommes construits dans un système de références et de croyances unitaire, ou unilatéral, que d'aucuns diraient vertical : un père, une mère, une cellule familiale, porteuse d'une histoire unique, une sorte d'amalgame statique, empirique. Alors pour peu que le système comporte une défaillance voire plusieurs (autant dire dans la majorité des cas), nous avons d'autant plus de mal à le déconstruire pour nous reconstruire, et nous inscrire dans un système différent. RESTAURER LA MATRICE Là où je veux en venir (au cas où ça ne vous aurait pas encore sauté aux yeux ;) c'est à un constat que j'ai fait récemment, au fur et à mesure des derniers ateliers d'écriture : ensemble, nous contribuons à la restauration de la matrice universelle pour mieux nous y (re)connecter, et ainsi nous donner les moyens, et aux autres à travers nous, de nous défaire de ce qui nous entrave (et ne nous appartient pas), pour prendre la responsabilité de nos talents innés, et de leur consécration au service de l'Humanité. Ensemble, dans ces ateliers, grâce à l'écriture authentique et aux temps de partage à coeur ouvert, nous prenons progressivement et profondément conscience de la puissance réparatrice de ce qui nous unit dans l'instant, et engrammons dans nos corps la sensation de réconfort et d'apaisement, de confiance absolue, de sécurité et d'amour inconditionnel, que procure cette énergie de reliance féminine que l'on appelle sororité. "Si nous nous observons sereinement, en accueillant ce que nous trouvons en nous (et chez les autres...), la vérité de nos forces et de nos faiblesses peut alors détruire les illusions qui limitent notre potentiel." (extrait des 13 Mères Originelles, de Jamie Sams) Telle est la leçon que j'ai apprise ces derniers temps et que je voulais partager avec vous spontanément, aussi conceptuelle et abstraite qu'elle paraisse à certains, elle traduit la vérité de mon coeur, et le débordement de gratitude que j'ai pour les belles femmes, les grandes et belles âmes, qui viennent à mes ateliers, sans leurre, ni fausse-pudeur, à plein coeur. Je vous souhaite un bon dimanche et vous dis à très bientôt. Diane

Auteure de Sens

AuthenticStorytelling

"l'Émotion, le Sens et l’Intuition au service de la Communication"

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout